L'entretien des iris barbus

 
 
 
 
 
 

Une fois la plantation des iris effectuée, l'entretien ordinaire est peu contraignant.


Il consiste à maintenir propre le terrain, à apporter un peu de compost, à arroser parfois et surtout à maintenir la plantation esthétique en ôtant fleurs fanées et feuilles sèches.

 

Hormis cet entretien ordinaire, on n'oubliera pas de déplacer et diviser les iris tous les 3-5 ans.

 

 

Désherbage

 

Il y a trois bonnes raisons d'éliminer les herbes d'un massif d'iris :

 

    La concurrence pour la lumière, l'eau et les nutriments du sol, 

    qui conditionne croissance  et floraison des iris.

 

    L'humidité excessive maintenue par l'herbe, qui favorise maladies  

     (champignons...)  et ravageurs (limaces...).

 

    L'esthétique.

 

     Pratiquez un binage superficiel régulier, en particulier en fin de printemps,

    permet de  maintenir le sol propre, sans herbe.

De surcroît il aère le sol, en limite le dessèchement et évite le "placage" sous la pluie.

Le binage devra n'être que très superficiel pour éviter de blesser les racines, 

tout particulièrement la première année de plantation.

Les herbes les plus proches des iris sont arrachées à la main,

 pour ne pas blesser les rhizomes.


Certaines herbes bien établies devront être arrachées, avec leurs racines, 

à la main également ou en s'aidant d'outils.

Les désherbants chimiques ont divers inconvénients, outre leur danger 

sur l'environnement : les iris ayant reçu de fines gouttelettes d'herbicide

auront une floraison très dégradée.

En alternative, un couvre sol aide à maintenir le sol propre mais il conserve l'humidité.

 

     Certains proposent l'utilisation d'une plante couvre sol basse, 

      telle Scleranthus annuusune plante en coussinets ras très serrés

      empêchant la germination des herbes.

 

    D'autres préconisent un mulch, en utilisant des cailloux, graviers, pouzzolane... 

    ou un pavage.

    Certains mulch de matière organique sont peut-être utilisables en région 

    chaude et sèche, ou bien pour divers iris non barbus (sibiricaspuria...), 

     mais paraissent très risqués autrement (pourriture des rhizomes).

 

 

Fleurs fanées

 
 

Les iris barbus portent de nombreuses fleurs qui s'épanouissent successivement...

 et fanent l'une après l'autre.


On supprime au fur et à mesure les fleurs fanées, pour éviter ce spectacle

 disgracieux :


Tordre juste en-dessous de l'ovaire, sous la fleur fanée, jusqu'à rupture. Ou bien 

 couper au sécateur.

Une fois toutes les fleurs d'une tige fanées, on coupe cette tige à 10 cm du sol 

 avec un sécateur.

 Il est important de souligner que l'iris ne refleurit pas sur les mêmes tiges.

 

 

Les raisons de couper les fleurs fanées :

     

     L'esthétique,

     Les semis de rejetons laids mais vigoureux et qui risquent d'étouffer les variétés 

      sélectionnées plantées,

 

     L'utilisation d'un peu d'énergie pour nourrir les graines, au détriment des réserves

      pour la prochaine floraison.

(Il en va bien sur différemment en cas de pollinisation volontaire pour hybridation de parents choisis.)

 

 

 

Feuilles sèches

 
 

De nombreux iris barbus ont un feuillage peu esthétique, parce qu'il sèche progressivement, depuis la pointe jusqu'à la base, en commençant par les plus vieilles feuilles, puis les suivantes, durant de longs mois. Cela est encore aggravé en cas de maladie telle que les taches du feuillage de l'hétérosporiose.

 

Couper les bouts secs des feuilles est un travail sans fin qui n'est acceptable que pour quelques touffes, en des emplacements particuliers, exposés à la vue....

 

On se contente de retirer périodiquement les feuilles entièrement sèches, en tirant dessus latéralement pour les décoller du rhizome. NB : On ne doit arracher ainsi que les feuilles sèches et mortes jusqu'à leur base sur le rhizome. Faute de cela, on risque des blessures du rhizome servant de porte d'entrée à la pourriture !

 

Il ne faut pas couper toutes les feuilles ! Elles sont nécessaires à la croissance de la plante. Les couper est pour elles un gaspillage énergétique puisqu'elles doivent être reconstituées, et un "manque à gagner" par défaut de photosynthèse durant ce temps. Si on vous conseille de couper tout à la tondeuse, changez de conseiller et achetez vos plantes ailleurs !

 

D'autres iris sont moins sujet à ce problème : Les Iris palida ont habituellement un feuillage plus sain. Les iris du groupe Sibirica ont souvent un feuillage restant présentable, même sec, sans entretien.

 

 

Compost et engrais

 
 

Malgré la réputation des iris de se contenter de sol pauvre et sec, si vous devez 

les laisser au même endroit dans votre jardin,un enrichissement du sol  peut s'avérer 

essentiel pour assurer une bonne floraison après quelques années.

 

Le meilleur moment est en mars-avril, lors de la reprise de la végétation, et en juin, après la floraison.

 

On apporte du compost mur (bien décomposé) et/ou un engrais faiblement dosé en azote ("NPK" ~ 6-8-12).

Les matières organiques (fumier) incomplètement décomposées peuvent favoriser la pourriture des rhizomes.
L'engrais trop riche en azote développe le feuillage au détriment des fleurs, et en outre favoriserait la pourriture.

 

N'oubliez pas de "Nourrir" les iris remontants !
 

Les iris remo ntants ont besoin d'être bien nourris (2-3 fois par an) pour être  vigoureux  afin d'assurer une bonne floraison automnale.

 

 

 

Arrosage

 
 

Les jeunes plantations sont arrosées durant plusieurs semaines 

pour une bonne reprise.

Les rhizomes installés n'ont guère besoin d'arrosage sauf en cas de printemps exceptionnellement sec, 

dans ce cas 2 fois dans le mois  jusqu'à floraison ; 

En été sans pluie, un arrosage toutes les 3 semaines suffit 

(sans être une nécessité vitale).

Par contre il est important d'arroser les iris remontants si vous voulez
 les voir fleurir en automne !

Ils ont  besoin d'être arrosés (2-3 fois par mois l'été), 

pour rester ainsi en végétation active toute la belle saison, 

afin d'avoir une belle remontée.